C'est dimanche, il fait beau et tout le monde est libre et relax, alors nous décidons d'aller à la piscine. Aujourd'hui par contre, pas d'amis pouvant nous embarquer dans sa voiture. Nous partons donc en expédition à l'assau d'un bus bondé (autre terme pour dire bus indien) et je me surpends encore une fois à me faire la réflexion que "en Inde, quand y a plus de place, tu trouves encore de la place" C'est incroyable.

Ensuite, petite marche active dans la montagne sous le soleil qui commence à bien taper. Nous surplombons la rivière aménagée de retenues d'eau qui forment des piscines naturelles, mais nous, nous allons plus haut à une piscine privée (avec petit parc et café-resto qui diffuse de la musique de jeunes). La montagne est parsemée de drapeaux de prières et je regrette de ne pas avoir pris mon appareil photo car la vue est magnifique. 

IMG-20180415-WA0038

IMG-20180415-WA0039

 

Après l'effort, le plongeon dans la piscine n'en est que meilleur, même si l'eau qui remplit la piscine n'est autre que celle de la rivière...glacée!

IMG-20180415-WA0009

IMG-20180415-WA0004

 

Le cadre est splendide et aujourd'hui, pas d'orage en vue (en parlant d'orages, nous avons appris que ceux qui ont sévis la semaine dernière quand nous avons annulé notre trek ont causé la mort de 17 personnes et fait s'écrouler un minaret du Taj Mahal....on a bien fait de rester méditer à l'ashram!) 

Ici, à la piscine, je fais l'admiration de mes amis car "je sais nager", me voilà donc sollicitée pour leur donner des cours particuliers. Et oui, la piscine est encore un loisir peu courant en Inde et les enfants n'ont pas la chance comme chez nous d'apprendre à nager à l'école et ce qui nous parait comme banal est ici exceptionnel.

Pour le retour, par chance (qui pourrait aussi se traduire par "comme souvent en Inde") nous croisons la route du patron de Tseten et Dawa qui embarque les gars pour nous ramener à la maison, pendant que nous, les filles, rentrons en moto avec un copain sourd et muet. Comme quoi, ce qui pour nous nous parait exceptionnel est ici banal.

Le trajet de retour en moto a le parfum des vacances et de la liberté. Nous longeons la rivière, et remontons la route en lacets à flanc de montagne. Lunettes de soleil sur le nez, cheveux au vent. Les arbres sont maintenant en fleurs et c'est magnifique!

Quelle belle dernière journée de vacances!